Travis Fine
"J'ai connu ma femme au lycée"


Translate

C'était à Beverly Hills. Il ne joue pourtant pas dans le feuilleton du samedi sur TF1 mais dans celui du dimanche sur France 2. Son rôle de Ike lui a valu de devenir célèbre. A 31 ans, il se consacre au scénario du film qu'il a écrit et doit réaliser en 1994. Jessica, qu'il a épousé le jour de la St Valentin, est son meilleur soutien.

Il aurait pu jouer dans "Beverly Hills". Travis Fine connait bien le collège où est tourné le feuilleton de TF1. Si ce souvenir scolaire tient au coeur de Ike - son nom dans le "Poney" - c'est qu'il y a connu sa femme, Jessica, entre deux cours : "Nous ne nous sommes jamais perdu de vue. Nous sommes mariés seulement depuis le 14 février dernier, le jour de la St Valentin. Une idée de Jessica que j'ai trouvée très romantique. Nous n'avons pas encore d'enfants, mais ça ne saurait tarder."
Travis nous a donné rendez-vous, avec Jessica, dans une maison de rêve, style Tudor revu et corrigé façon Beverly Hills. L'escalier intérieur est digne d'"Autant en emporte le vent". On croirait que Scarlett va surgir, mais c'est Jessica, et on ne perd rien au change ! Elle nous entraine dans un dédale de pièces où trônent d'importants trophées de chasse. Travis serait-il un roi du fusil. Pas du tout. C'est son beau père qui, lui, parcourt la campagne depuis qu'il est enfant.
En revanche, la vie sauvage, Travis l'a approchée en tournant "L'Equipée du Poney Express" : "les producteurs m'ont d'abord fait auditionner pour le rôle de William F. Cody, mais après avoir lu le script, j'ai tout fait pour être Ike. J'ai auditionné en improvisant des signes, en montrant une photo de moi le crâne rasé du temps où je jouais au football, une photo de moi à cheval, en Georgie, pour leur certifier que je pouvais monter. J'aurais fait, je crois, n'importe quoi pour décrocher le rôle. A croire que ma persévérance a marché".

Jouer un personnage muet et chauve était un grand saut dans l'inconnu. "Ce fut surtout, du point de vue de l'acteur, un exercice fantastique, explique-t-il. Je devais tout faire passer sans dire un mot et sans jouer de mon physique non plus. Au fil des années ("L'Equipée du Poney Express" a duré finalement trois saisons), mon personnage est devenu de plus en plus fort, mais, à la fin, j'aurais voulu qu'il retrouve la parole. Les producteurs s'y sont toujours refusés et c'est en partie pour celà que je suis parti avant l'arrêt du feuilleton et qu'ils ont tué mon personnage peu de temps auparavant ! Bien que profondément enrichissant, Ike devenait limité dans ses périgrinations. Je n'étais plus qu'un faire-valoir. J'aurais voulu aller au-delà, qu'il tue l'assasssin de ses parents par exemple et que l'on assiste au processus de développement de la parole."
"L'Equipée du Poney Express" lui rappelle de bons souvenirs malgré tout. Lors de certains épisodes, il a rencontré des guest stars (des vedettes invitées), David Carradine, le héros de "Kung Fu", et David Soul, Hutch. L'un l'a déçu par son gout des boissons alcoolisées, l'autre l'a étonné en voulant se faire photographier avec lui. Travis en était tout intimidé.
Il passait beaucoup de temps à cheval. "Le premier jour, Steve, qui avait prétendu être un cavalier hors pair, se lance au galop. Mais le cheval tourne brusquement et Steve fait un vol plané par dessus l'encolure. Gregg, lui, s'est fait trainer pas son cheval sur deux cents mètres. Au moment de monter, le cheval était parti au galop et Gregg se retenait à la selle. On était tellement mauvais qu'on nous filmait souvent en gros plan pour ne pas nous voir rebondir sur la selle. Mon cheval, Bud, était extraordinaire. Il avait tourné dans des westerns. Bud est mort un jour, comme ça, devant moi, en tombant doucement. J'ai eu beaucoup de peine. C'était devenu un ami."

Pour se préparer au rôle, Travis Fine a d'abord lu beaucoup sur l'épopée du Poney Express et puis il a appris à parler par signes, tout seul avec des livres. "Il m'est arrivé de me tromper durant une scène ou deux, mais le réalisateur ne voulait jamais recommencer. Qui s'en apercevra, disait-il !"
Travis se consacre maintenant à l'écriture : "C'est l'autre raison pour laquelle j'ai quitté "L'Equipée du Poney Express". J'ai imaginé un scénario intitulé "One eye Jack and the Lord of the sea", actuellement en cours de pré-production. Cette idée m'est venue alors que je descendais en voilier de Los Angeles au Mexique avec un ami. L'histoire de pirates que j'avais alors imaginée s'est transformée avec le temps. Tout se passe maintenant dans la mer des Caraïbes en 1929, à l'époque des derniers boucaniers. Nous pensons à Anthony Hopkins pour le rôle de One eye Jack. J'y jouerai également un rôle. C'est mon grand projet que je porte à bout de bras."
Comment se voit-il dans l'avenir? "Toute modestie mise à part, pourquoi pas comme le prochain Kenneth Brannagh ou Tim Robbins ! Ecrire, jouer, mettre en scène et produire. Voilà comment je me vois."

Son grand ami Gregg Rainwater
Travis Fine est resté très lié à Gregg Rainwater qui joue Little Buck Cross dans "L'Equipée du Poney Express". Ils ont le même gout des blagues, et ne s'en sont pas privé pendant le tournage. Ils savent aussi redevenir sérieux, s'occupant ensemble de plusieurs associations d'aide aux enfants handicapés. Travis explique qu'avoir joué le rôle de quelqu'un souffrant d'un handicap lui a valu beaucoup de lettres de personnes dans le même cas et qu'il a eu une prise de conscience, que plus jamais il ne verra la vie de la même façon.

Source: Télé 7 Jours 1993
Journaliste: Isabelle Caron
Merci à Katia pour avoir conservé cet article !

Avertissement : nous diffusons cet article à titre d'information. Si vous estimez que vos copyrights ne sont pas respectés, merci de nous le faire savoir et nous retirerons l'article immédiatement poney_express@yahoo.fr

Retour à la gazette

Retour à la page d'accueil