Josh Brolin nous accueille dans son paradis sauvage


Translate

Bonne nouvelle pour les fans de cette série qui s'inspire de l'authentique aventure postale du Poney Express. La voilà en bonne place chaque dimanche, sur France 2, entre "Le monde est à vous" et "L'école des fans". Celui qui joue James Butler Hickok a choisi de vivre près de Colorado Springs, dans un coin perdu qu'il a découvert pendant les tournages. Il ne se lasse pas de découvrir le Garden of the Gods, un parc national de plusieurs milliers d'hectares aux rochers surprenants. C'est là qu'il a entrainé l'équipe de Télé 7 Jours pour évoquer ses projets.

Son enfance dans un ranch de Paso Dobles, une petite ville rurale de Californie, lui a donné le goût des paysages sauvages et d'une certaine solitude. Josh Brolin n'a donc pas été dépaysé quand le tournage de l'Equipée du Poney Express l'a entrainé Tucson, en Arizona.
"L'espace incroyable qui s'offrait à nous a été pour beaucoup dans la réussite de la série et cela nous a permis à tous, comédiens et techniciens, de devenir très amis. Vivre ainsi en pleine nature nous a rendus moins nerveux, moins tendus. Alors que lors de l'épisode test, on était d'une humeur de chien et on se critiquait les uns les autres. J'admire la patience des producteurs de nous avoir fait confiance pour la suite."
Josh Brolin s'est tant passioné pour la série, qu'à la fin, il s'est installé là, près de Colorado Springs.
"J'ai découvert la région pendant certains tournages. En plus, ma femme Debbie, est née ici. Elle est actrice sous le nom de Alice Adair, mais son vrai prénom est Deborah. Je l'ai rencontrée en tournant "Private eye". Elle est heureuse que notre petit Trevor, qui a 5 ans et demi , et notre petite Eden, puissent grandir ici. Nous sommes à une heure de Denver".
Ils ont choisi une vaste maison de bois, confortable mais sans excès : "Nous avons assez peu de chauffage, préférant nous fier au soleil ou à la cheminée, selon les saisons. Je sais désormais que je ne pourrai plus jamais vivre dans une grande ville." Garden of the Gods (Le Jardin des dieux), un parc naturel de plusieurs milliers d'hectares, avec d'étonnantes formations rocheuses, est à quinze minutes de chez Josh. C'est là qu'il part pour méditer, seul. "Le paysage me donne de l'humilité tant il est sublime. Il me fait réaliser que sur terre l'homme n'est là que pour un instant, ou quelques instants, et que la nature, les pierres, les arbres ont plus de vies que nous."
Josh n'est pas égoiste. Il lui arrive souvent d'emmener son fils dans la vieille auberge du parc pour de copieux brunchs du dimanche matin.
Josh n'est pas seulement un "homme immobile", comme l'appelle parfois sa femme avec tendresse.
A la fin de la série, il est parti en voyage en Europe avec son fils qui avait alors 4 ans. "J'ai été très étonné du succés de "Young Riders", surtout en Espagne et en France. J'ai un grand amour de votre pays. La plupart de mes auteurs favoris sont français et j'ai appris cette langue pour les lire dans le texte. J'ai aussi du sang français par ma mère. Nous sommes allés partout avec Trevor. A Prague, en Hongrie, en Grèce, en Angleterre où j'ai tenu à ce qu'il voie les alignements de pierres de Stonehenge. Il était fasciné. C'est un petit garçon très précoce qui est étonné tous les jours."
Sans doute parce qu'il a un père pas tout à fait comme les autres. "C'est vrai que je suis un rebelle, mais je me suis amélioré. A 14 ans, je me noyais dans un monde artificiel avec la drogue, l'alcool. Je n'avais personne à qui me confier. Si je suis en vie aujourd'hui, c'est un miracle. Avec tout ce que j'ai fait comme excés, en voiture, à moto, je devrais être mort. Et tout cela pour me rendre intéressant."
Son père a vite trouvé le remède: "Au ranch, je me levais à 5 heures et demie du matin pour aller donner à manger au cinquante huit chevaux. Je tondais aussi des hectares de pelouse pour un dollar par semaine. Mon père recevait souvent Clint Eastwood et j'écoutais ses histoires de tournage avec admiration. Ca aussi, ça m'a guéri de mes erreurs de jeunesse. Son exemple et celui de mon père m'ont donné l'envie de me lancer dans le métier d'acteur."

Source: Télé 7 Jours (1994)
Journaliste Isabelle Caron
Merci à Karine pour avoir conservé cet article !

Avertissement : nous diffusons cet article à titre d'information. Si vous estimez que vos copyrights ne sont pas respectés, merci de nous le faire savoir et nous retirerons l'article immédiatement poney_express@yahoo.fr

Retour la gazette

Retour la page d'accueil