L'Equipée du Poney Express


Translate

Nous avons retrouvé les héros de la série western diffusée sur France 2.

Naturelle, un chapeau de cow-boy vissé sur la tête, les cheveux coupés à la garçonne, et habillée d'un pantalon (chose rarissime à l'époque), Yvonne Suhor, à l'écran, ne laisse rien deviner de ses atouts de charme. Qui aurait cru que l'actrice, à la voir si parfaite dans son rôle, se destinait à l'enseignement ? Pas facile, en effet, d'incarner une jeune orpheline qui devient cavalier du Poney Express dans le seul but de gagner assez d'argent pour faire sortir ses jeunes frère et soeur de l'orphelinat où ils ont été placés, malgré ses réticences. Et ce, sans jamais avouer à ses partenaires qu'elle est une fille, petite mais musclée. Obligée d'user de toutes les entourloupettes possibles, elle se débrouille incroyablement bien. Seul The Kid (Ty Miller) est dans la confidence et ils deviennent de plus en plus liés l'un à l'autre...

"C'est exact", reprend-elle. "J'allais m'engager dans la profession d'enseignante, mais mon professeur de diction m'a fait remarquer que j'avais certains talents. Il m'a littéralement incité à tenter ma chance et c'est ce que j'ai fait en m'inscrivant aux cours de comédie de l'université d'Illinois. A peine avais-je mon diplôme d'interprétation et de mise en scène en poche que j'ai été admise au Steppenwolf Theatre de Chicago. Et figurez-vous que c'est la chaîne américaine ABC qui a fait appel à moi. Je ne me serais jamais imaginée qu'une telle opportunité s'offrirait si vite à moi, d'autant plus que, dans un monde d'hommes, il n'est pas facile pour une femme de faire son trou !".
Pour tous les acteurs qui retracent l'épopée postale si chère à Buffalo Bill, la série est bien une aventure exceptionnelle. Nous les avons retrouvés au moment où ils reviennent en force sur nos écrans.
Passionnée de mots croisés et de danse moderne durant ses heures perdues, Yvonne Suhor profite pleinement de la chance qui lui est ainsi offerte. Elle ne compte plus les fous rires qu'elle a partagés avec son compagnon de l'écran, The Kid. Malgré tout, l'actrice rêve encore de posséder sa propre compagnie de théâtre. Les planches, c'est sa passion, plus encore que la télévision. A son palmarès du petit écran, on découvre néanmoins une autre production intitulée "Dillinger" avec Mark Harmon dans le rôle principal, qu'elle a tourné entre deux saisons et qui a d'autant plus d'importance à ses yeux qu'elle y a rencontré l'amour, Yvonne a fait la connaissance de l'un des comédiens qu'elle fréquente maintenant depuis plus de deux ans. Son nom ? Elle préfère le garder secret...

Son confident dans la série, Ty Miller, reste émerveillé des richesses de l'Ouest. "Cette région était d'une extrême variété raciale, ce qui lui donnait plus de valeur encore", explique-t-il. "Aujourd'hui, les gens de différente couleur dans une même communauté parviennent difficilement à s'entendre, alors qu'en ces temps-là, la mixité semblait plus normale. Depuis que je joue The Kid, j'ai lu de nombreux ouvrages qui traitent du sujet et il y est relaté qu'un homme sur deux ou sur trois était soit Mexicain, soit noir. Pas mal non ? J'ai également constaté que le script contenait quelques erreurs. Des telespectateurs nous en font part quelquefois aussi. Ainsi, ce fut le cas d'un pistolet qui n'avait été fabriqué qu'à partir de 1872, alors que nous sommes censés évoluer dans les années 60. Je suis heureux de voir avec quelle attention les gens suivent les épisodes. Cela signifie que nous sommes plus qu'un divertissement : un repère. Effectivement, certains nous regardent pour connaître le mode de vie de l'époque."
Parce qu'il a grandi dans la ferme de son grand-père, en Californie, Ty Miller s'estime prédestiné pour ce rôle. "Je sais ce que "exploitation agrivcole" signifie", confirme-t-il. "Enfant, j'avais un cheval dont j'adorais m'occuper. D'ailleurs, je me suis servi de cet argument pour me faire engager dans le feuilleton, sans préciser que je ne l'avais jamais enfourché. Depuis, j'ai pris des leçons d'équitation. j'avais bien trop d'hématomes !"
Le monde de l'art, il l'avait déjà cotoyé grâce à sa mère. Peintre amateur, celle-ci a également montré un don pour la sculpture. Son père était quant à lui, un homme d'affaires dont les principaux revenus provenaient de la vente d'arbres de Noel, une affaire que son frère a récemment reprise. Cependant, c'est par hasard que l'acteur s'est tourné vers la comédie. "Tout s'est joué au collège. J'avais alors une petite amie qui se produisait dans un théâtre. Elle ne jurait que par les arts dramatiques et m'a proposé de m'y essayer. C'est ce que j'ai fait, enchaînant avec un rôle dans "Hotel", tandis qu'elle s'est tournée vers le commerce. Comme quoi..."
A bientôt 29 ans (le 26 septembre prochain), Ty Miller cherche encore la femme de sa vie. En dehors des studios, il se consacre à sa nouvelle passion : la musique. Il joue de la guitare et prend des leçons de piano. Et il n'est pas rare de le voir, un synthétiseur entre les mains, durant ses heures creuses.

Christopher Pettiet, lui, c'est plutôt sur le surf qu'il porte sa préférence pendant ses loisirs. Né à Planp au Texas ("un village si petit qu'il ne figure sur aucune carte") le 12 février 1976, il s'est installé avec sa famille, en Californie, à 12 ans. La mer l'a alors littéralement subjugué. Il possède au total 13 planches à voile ! Mais le jeune comédien n'oublie pas pour autant de se consacrer sérieusement à ses études. "J'essaie d'être présent aux cours d'histoire car c'est l'une des matières à mon sens, où on apprend le plus. Avant d'incarner Jesse James, je connaissais déjà les aventures des cavaliers du Poney Express grâce aux leçons de mon professeur. Qui a dit que l'école ne servait à rien ?"
Curieusement, le cadet du clan Pettiet développe une personnalité qui est l'amalgame de celles de ses frère et soeur. "Ma soeur Buffy, 20 ans, est actrice et mon frère Jim, 18 ans, un professionnel du surf. Moi, j'aime m'exercer dans ces deux activités", détaille-t-il. A 6 ans à peine, Chris décrochait le rôle de Tiny Tim dans la pièce de théâtre "Scrooge & Marley", qui l'amena à se produire sur d'autres scènes locales avant de figurer dans des séries telles que "Docteur Doogie" et "La loi de Los Angeles". "Je rêve de mener une carrière digne de celle de Robin Williams", précise-t-il, plein d'enthousiasme. En attendant, il se voue avec plaisir aux tâches qui incombent aux vedettes : répondre au courrier de ses fans (majoritairement féminines), signer des autographes...

"Nos comédiens ont tous leur caractère propre et cette diversité contribue largement à la réussite de la série", expliquent les responsables de "L'Equipée du Poney Express". Cependant, bien que différents, ils s'entendent à merveille. C'est d'ailleurs avec sympathie qu'ils ont accueilli le petit dernier", jugeant qu'un peu d'inédit ne ferait certainement pas de tort à la popularité du feuilleton.

Gregg Rainwater qui a découvert le monde de la télévision en acceptant d'incarner Little Buck Cross, tente d'aider de son mieux Chris Pettiet, se souvenant des doutes qui le tenaillaient en débarquant sur les plateaux. C'était sa première expérience. Un de ses amis lui avait tout simplement suggéré de se présenter au casting. Puisqu'il avait des origines indiennes, il ferait parfaitement l'affaire, lui avait dit celui-ci.

De son côté, Josh Brolin (James Butler Hickok) a trouvé entière satisfaction en se partageant entre la série et sa famille. Il a un fils de 6 ans prénommé Trevor. "C'est une question d'organisation", murmure-t-il.

Enfin, Stephen Baldwin (Buffalo Bill), le frère d'Alec, célèbre pour sa liaison avec Kim Basinger, a trouvé le temps de jouer pour les salles dans "Posse : the revenge of Jesse Lee". "Le plus formidable, c'est que nous tournons à un rythme régulier et que nous n'en sommes pas esclaves malgré tout", conclut ce séducteur de 27 ans, marié au mannequin Kennya Deodato. "D'ailleurs, si c'était le cas, nous ne remporterions probablement pas un tel succès. Ce sont les telespectateurs qui ont insisté pour que nos aventures se poursuivent et nous leur en sommes très reconnaissants. Comment voulez-vous que nous ne mettions pas tout notre coeur à la tâche ?"

Source: Cine Tele Revue n 26 du 1er juillet 1993
Journaliste: Paul Wallace

Avertissement : nous diffusons cet article à titre d'information. Si vous estimez que vos copyrights ne sont pas respectés, merci de nous le faire savoir et nous retirerons l'article immédiatement poney_express@yahoo.fr

Retour la gazette

Retour la page d'accueil